Translate

dimanche 3 octobre 2021

Nouvele édition des "Provisoires 1918-1963" de Joseph Geyfman.

 Joseph Geyfman, qui a publié il y a quelques années sa premières éditions des Provisoires 1918-1922 (1931), travaille actuellement sur sa seconde édition, plus complète puisqu'elle portera également sur les provisoires jusque 1963, avec davantage de photos sur les contrefaçons et des explications plus détaillées. Il s'agira d'une édition en deux volumes.

https://1.bp.blogspot.com/-z_75Cc-F708/YO1ROoAZ1cI/AAAAAAAAA9s/v-qx5vViwxQ6BXeDV4e5NZiFS9YcFQlHACLcBGAsYHQ/s2048/geyfman.jpg

lundi 15 mars 2021

La République Socialiste Fédérative des Soviets de Russie : l'épée brisant les chaînes de l'oppression

(Cet article a été initialement publié dans la Gazette du Cercle Philatélique France-Russie. Je remercie le Président du Cercle, Gérard Leblanc, qui a mis à ma disposition les ressources de l'association et en a permis l'amélioration.)

 Dès l'abdication de Nicolas II  le 2 mars 1917 (15 mars selon le calendrier grégorien), le pouvoir passe aux mains du Gouvernement Provisoire, dont le Prince Lvov préside le premier.. 

D'obédience socialiste, il lui faut un symbole fort. Quoi de mieux entre autres que le timbre, d'usage courant, qui passe entre toutes les mains et qui symbolise le pouvoir?

Dès les premiers mois de 1917, il lance un appel à projets. De tous les artistes impliqués, c'est le célèbre Richard Zarinch qui l'emporte avec son essai.

 



Des quatre essais qui vous sont présentés ici (d'autres avaient été proposés par plusieurs artistes), le plus radical est retenu.

Connu pour sa participation à la série du tricentenaire des Romanov, puis des timbres de bienfaisance de 1914, Richard Zarinch s'attelle à la commande, au choix retenu par le pouvoir politique de dessiner "une épée brisant les chaînes de l'oppression". Les valeurs retenues à ce moment correspondent aux tarifs en vigueur de 5 à 20 kopecks.

En voici quelques épreuves, émises aux alentours du 28 août :





Le pouvoir passe cependant très vite aux mains des bolchéviks. Nicolas Pavlovitch Avilov-Glebov ne retient que le 15k marron et barre les autres projets. Puis cette démarche est  abandonnée. Dans leur recherche d'un monde débarrassé des symboles impériaux, et avant tout pragmatiques, Les bolchéviks, et en l'occurrence le Commissariat National des Postes et Télégraphes, reviennent finalement vers Zarinch et lui demandent de revoir sa proposition première. Des essais sont émis : 

essai de fond

 essai de centre

Des épreuves aux couleurs rejetées :

orange

vert

puis acceptées le 22 mai 1918 par V Podbelski, le Commissaire National. Ils correspondent aux tarifs en vigueur au 28 février 1918 de 35k pour une lettre et de 70k pour un recommandé.

 

marron (utilisé en 70k)
bleu (utilisé en 35k)
Ce 10k est intéressant car il représente enfin le dessin retenu, avec des motifs floraux.

Cependant, dès le 15 septembre, dans une démarche globale pour aller vers la gratuité qui interviendra le 1 janvier 1919, les tarifs postaux sont abaissés. Les valeurs émises deviennent désuètes. Ce timbre est donc rarement employé, d'autant que les bolchéviks ne contrôlent qu'une petite partie du territoire de l'ancienne Russie.

Le 7 novembre 1918, le timbre est enfin émis et diffusé sur papier bâtonné en losanges, à la date anniversaire de la Révolution. Le procédé utilisé est la typographie, et le timbre dentelé en 13 1/2. Les timbres sont imprimés en feuilles de 100 (10*10) et protégés par un bâtonnage en lozanges, comme les timbres de l'Empire. Ils sont souvent mal centrés. Vous noterez les initiales de Richard Zarinch dans le bas du timbre.
 
Le 35k :

le 70k :

 
Cette série est remarquable par en sa qualité de "collectionnable" ; de ses variétés à ses erreurs, en passant par son emploi postal, il est possible d'établir une collection de tout premier plan.
 
En effet, outre les nuances de couleurs, ces timbres comportent un très grand nombre de variétés liées aux plaques d'impression. Celles-ci ont été abondamment traitées par la littérature philatélique. Les impression successives (4 ou 5 selon les catalogues) ont ainsi multiplié ces mêmes variétés.

Deux pages de mon vieux catalogue du Cercle Philatélique France Russie vous donneront un aperçu de ces variétés :
 


Mon propos n'est donc pas ici de remplacer ce catalogue, ni de mentionner des variétés qui ne s'y trouveraient pas. De bien plus grands spécialistes s'y sont attelés et je n'aurai pas la prétention d'aller sur leur domaine d'excellence. Non ; mon propos est donc juste de montrer la richesse de cette émission et d'inciter tout un chacun de collectionner ce petit timbre riche d'une histoire extraordinaire.

En conséquence, si j'évoque quelques variétés, cela sera sans distinction du 35k et du 70k, laissant aux uns et aux autres la liberté de se renseigner davantage si le coeur leur en dit.

Je parlais donc des erreurs de plaques. Certaines sont donc mentionnées dans les catalogues, et ces variétés apparaissent ici entourées de rouge :
sur 35k :

 sur 70k :
 


D'autre sont ponctuelles, mais pas moins amusantes, comme celle-ci :

Il faut dire que cette épée brisée par les chaînes de l'oppression, cela a de quoi faire frémir tout bolchévique...

D'autre variétés, liées cette fois à la perforation en dentelure 13.5, sont à noter.

- des perforations déplacées :

-sur 35k :

 


sur 70k :


ou liées à un mauvais positionnement de la feuille


Enfin des perforations manquantes... remplacées par des perforations locales...


... ou pas, ce qui aboutit à des variétés très recherchées, avec des parties non dentelées.




Le graal du collectionneur, c'est le timbre non dentelé, dont il y a peu d'exemplaires. Le plus rare est le 70k.

Cette rareté, et le prix qui va avec, a donné bien évidemment lieu à des contrefaçons. Certains timbres non dentelés sur leur partie haute,ont été rognés sur leur dentelure, et il faut être très prudent lors de tout achat.

D'autre faux ont été faits de toute pièce, dans l'espoir de tromper le collectionneur.

- le 35k :


- le 70k :


Ces timbres typographiés se repèrent par un papier plus fin, très lisse, et par un dessin parfois irrégulier.

J'espère que ce petit panorama vous aura donné le goût d'approfondir cette analyse.

Références : 

La Gazette du Cercle Philatélique France-Russie,  Alexis Khripounoff, n°74 avril 1988

The Post Rider, N.J. Sheppard, n° 13 novembre 1983

Ceresa, The Postage Stamps of Russia, 1917-1923, volume V

Gérard Leblanc, Tarifs et dates de l'histoire postale russe et soviétique


mardi 16 février 2021

la guerre civile en Russie : les timbres surchargés de Vladivostok (8ème partie : les entiers postaux surchargés DVR )

 La correspondance russe d'Empire, puis soviétique, s'est beaucoup appuyée sur les entiers postaux (enveloppes et cartes) plus faciles d'usage.

Lors de la création de la République d'Extrême-Orient russe, les entiers postaux connurent eux aussi une surcharge DVR:

- les enveloppes 

1k empire

 


2k empire
2k Romanov
4k Romanov

5k empire type I
5k Empire type II

On peut ainsi noter que plusieurs types de surcharges  sont en circulation, ce que note Ceresa dans son remarquable ouvrage THE POSTAGE STAMPS OF RUSSIA, 1917-1923

En voici deux types bien distincts :


Ces deux types sont confirmés par leur usage postal. J'en ignore l'origine, puisque cela implique une matrice différente. Un retirage tardif?

On trouve évidemment, bien que peu fréquemment, des usages postaux de ces entiers.

 - le 3k : carte à destination de Reykjavik (Islande) via les USA (Corinphila auction, avril 2021)




 - le 4k : carte à destination de Varna en Bulgarie. L'émetteur, Pappadopulo, un marchand de timbres très connu à Vladivostok, fait état de sa mancoliste, mais aussi de la valeur des timbres qu'il envoie à son correspondant, avec doublement de la facture (1 roubles dentelé émis à 150 ex et cette carte émise à 100 ex). Un témoignage intéressant sur l'intense commerce des timbres. (Corinphla auction, avril 2021).



le 5k : carte à destination de Prague (Tchéquie), où Pappadopulo fait à nouveau état de ses recherches de timbres rares, et fait du commerce avec les timbres rares de Russie (Corinphila auction, avril 2021)



Enfin des affranchissements à 7k, pour de longues distances, comme cette carte à destination de Vastéras (Suède)



 ou comme ce 3k empire, dont il manque malheureusement le timbre de complément, sans doute un 4k pour faire un affranchissement à 7k pour l'étranger (supposition liée à la date d'arrivée et au tarif correspondant).


 

Ce sont des entiers difficiles à trouver, et encore plus oblitérés. Une rareté dans l'histoire postale russe.




dimanche 24 janvier 2021

la guerre civile en Russie : les timbres surchargés de Vladivostok (7ème partie : les timbres surchargés d'une nouvelle valeur de 7 kopecks )

 Je vous propose aujourd'hui de nous intéresser à nouveau aux timbres de l'extrême-orient russe, avec la surcharge DVR Дальневосточная Республика (Dalnevostochnaya Respublika) apposée aux timbres de 7 kopecks, dentelés et non dentelés.

Les timbres dentelés : 

Il s'agit de la série la plus importante en quantité : près de 400000 pour le 7 kopecks dentelé et seulement 2000 pour le 7 kopecks non dentelé.

Voici un exemplaire avec la surcharge originale MNH


Cette série a des spécificités que l'on ne retrouve pas dans les autres valeurs. L'observation d'une feuille entière nous permettra d'en comprendre les spécificités :

je vais grossir le feuillet 1
puis un des timbres

Que remarque-t-on? Pour la première fois, à ma connaissance, on constate que l'impression est régulièrement incomplète. Si les autres valeurs sont remarquables de qualité, celles-ci pêchent souvent. L'explication repose sans doute sur le fait que ces timbres sont une réimpression, en raison du manque de valeurs, et ont probablement bénéficié d'une encre de moins bonne qualité.

On peut donc facilement se tromper et considérer comme faux des timbres tout à fait authentiques. 

Avec de telles quantités d'impression, on pourrait s'attendre à de nombreuses variétés. Ce n'est pas le cas, et elles sont donc très recherchées : 

- surcharge inversée : il est à noter que la feuille imprimée par cette surcharge inversée est systématiquement comporte un décalage de la surcharge ; une manière commode et immédiate de distinguer les vrais des faux!


- impression recto-verso : une impression peu courante sur ce genre de timbres. L'ensemble des valeurs de cette émission n'en comporte que peu de connus. Elle est ici double, envers et endroit et décalée...


- piquage à cheval :


L'usage postal a été intense, particulièrement avec les partenaires commerciaux les plus proches, côte ouest des USA et Chine, comme le montrent les exemples variés ci-dessous :

- lettre à usage commercial à destination de San Francisco avec cachet d'arrivée et combinaison de timbres pour 60 kopecks




- carte à usage commercial à destination de Harbin avec cachet d'arrivée 

Il y a des usages bien plus confidentiels, ceux des trains ou des gares, comme celui-ci


où l'on distingue bien le VOKZAL (gare) et l'oblitération de Nikolsk


alors que la très grande majorité comporte l'oblitération Vladivostok.

On trouve évidemment des contrefaçons de cette série. Je vous en propose deux, mais ce n'est bien sûr pas exhaustif (Petit clin d'oeil à nos amis de la philatélie de Truchtersheim!) :

- un faux facile à identifier : 

Je ne reviendrai pas sur ce que j'ai déjà expliqué par ailleurs, mais je vous mets en agrandissement les deux parties de la surcharge :




- un faux bien plus élaboré, plus difficile à repérer :



faux
vrai

En bref, de très nombreuses petites différences, mais surtout un tiret du D bien trop petit, et ce n'est pas par manque d'encre!

faux
vrai

Les différences sont nombreuses, que ce soit au niveau du K ou du 7.

Je vous propose de nous intéresser maintenant aux timbres non dentelés, émis en bien plus petit nombre. L'essentiel de ce qui a été dit sur le 7k dentelé reste valable.

Voici une variété intéressante avec surcharge décalée :

et un faux... tiens cela me rappelle quelque chose de déjà vu plus haut...

 Un autre faux facile à identifier



Une série intéressante, riche même, et qui vaut le détour.