Translate

vendredi 12 octobre 2018

RSFSR : la surcharge locale de Serafimo-Diveyevo


Nous sommes ici en avril 1922. L'inflation est galopante et les tarifs postaux ont suivi cette hausse. Le rouble 1922 vaut 10000 fois le rouble Romanov. Pour pallier le manque de timbres à valeur élevée, la ville de Diveyevo utilise son stock de timbres de 100 roubles de la RSFSR pour les surcharger à 100000 roubles.



Le catalogue Michel mentionne deux encres différentes utilisées pour cette surcharge, une rouge-violette dont vous avez un exemplaire ci-dessus, et une violette dont voici un exemplaire proposé à la vente Raritan de septembre 2015 : 
La surcharge est apposée à l'aide d'une plaque de cuivre préparée localement. Une des caractéristiques de cette surcharge est qu'elle déborde bien souvent du cadre du timbre, et se retrouve donc bien souvent en partie sur le timbre suivant. On peut montrer en exemple majeur ce timbre-ci, que j'ai repéré dans une vente sur offres :

Mais Diviyevo, kesako? est-ce seulement une ville? Et cela se trouve où?

Il s'agit en réalité plutôt d'un gros bourg, dans l'oblast de Nijni Novgorod comptant actuellement aux environs de 6000 habitants.





Cette petite ville a une renommée certaine, lieu de pèlerinage et de foi, qui possède trois magnifiques églises placées les unes à côté des autres, dont celle de la Sainte-Trinité (Saint-Séraphin).

Ce qui est surprenant, c'est que cette bourgade rurale ait eu besoin d'une émission locale, faute de timbres pour l'affranchissement. Au temps des Soviets, ce n'est sûrement pas le tourisme religieux qui a vidé les bureaux de poste! Quelques cinquante feuilles ont été émises, et seuls quelques timbres ont été mis en circulation, les autres étant rapidement retirés de la vente.
Non loin de là, à 175km, la ville de Nijni-Novgorod a émis elle-aussi, à la même période, un timbre surchargé 100000 roubles (le 250r de 1921). On peut aussi s'interroger sur cette simultanéité. Les deux villes sont situées non loin de Moscou, environ 450km. L'approvisionnement en timbres a-t-il été irrégulier? Les émissions locales de 1920 sont régulièrement associées à la présence de troupes sur le territoire ; est-ce le cas ici?
Je cherche des réponses ; mes lecteurs sauront-ils me les apporter?







lundi 8 octobre 2018

La guerre civile en Russie : une enquête autour des timbres d'épargne surchargés du Kouban

Alors que les timbres de la première émission du Kouban émis dès novembre 1918  se font rares, que l'émission "Edinaya Rossiya" émise en grand nombre ne circule pas (ou peu) dans la région pour des raisons que j'ai explicitées dans l'article précédent, et alors que les tarifs postaux ont été multipliés par plus de trois entre novembre 1918 et juillet 1919, une nouvelle émission de timbres est approuvée par les autorités postales, avec l'emploi notamment du stock de timbres d'épargne; surchargés de 10 roubles, essentiellement pour les mandats postaux.
Ces timbres sont peu fréquents. Ils ont été surchargés à :
- 28500 exemplaires pour le 1 kopeck
- 8000 exemplaires pour le 5 kopecks
- 1200 exemplaires pour le 10 kopecks

Voici quelques exemples :
 Les timbres de 1k ont la surcharge placée sur la gauche. Le 1 est aligné verticalement sur le у.




Les timbres de 5k et de 10k ont la surcharge placée sur la droite. Il n'y a aucun déplacement de surcharge connu. Le 1 est aligné verticalement sur le л.

Voyons d'un peu plus près cette surcharge.
La typographie est nettement visible. L'encre est gris-noir et en aucun cas noire, comme on peut la trouver sur de nombreux faux.

Ces timbres, soigneusement préparés, ont donné lieu à très peu de variétés. La seule que je connaisse est celle d'une double impression sur le 5k :




On trouve très peu d'exemplaires d'un usage postal, particulièrement pour le 10k. Voici un exemple avec oblitération d'Ekaterinodar, ayant appartenu à Trevor Pateman  :

J'ai vu un affranchissement philatélique dans une vente sur offres (Shlegel) en cours :

J'ai enfin aperçu, lors d'une vente ebay relativement récente, un autre de ces timbres oblitérés, le 1k, que je me suis procuré pour un prix modeste.

 Je reçois ce fragment, mais quelque chose me chiffonne... je suis mon instinct et je commence à creuser. Sur le 1r sur 3k, rien de particulier. Par contre, le 10r sur 1k m'interpelle.
Je le compare à un exemplaire original.
Deux choses m'intriguent, d'une part l'encre qui, au grossissement, semble différente, et d'autre part un décalage apparent dans la position du 10, non répertoriée. Un simple trait suffit à confirmer cette impression :



 La suspicion m'envahit alors... Je procède à un grossissement plus important pour confirmer mes doutes :
 timbre douteux
timbre original


 timbre douteux
timbre original


 Les différences se voient non seulement dans la typographie, mais aussi dans la police, moins nette et moins régulière.
Si ce timbre est faux, et j'en ai maintenant la certitude, la question est de savoir comment il a pu arriver sur un fragment oblitéré Ekaterinodar, dont j'ai un autre exemplaire qui semble authentique!

Première hypothèse : l'oblitération du faux est elle-même une contrefaçon.

L'oblitération est identique, avec la même police et les mêmes dimensions (2.85cm).
Seconde hypothèse :la référence serait-elle erronée, ce qui signifierait que le fragment du 10r sur 10k serait aussi faux? 
Pour le timbre de 10k surchargé 10r, je me réfère à ces exemples : 

(vente Felzmann septembre 2018)

 Même si l'encre de l'exemplaire oblitéré semble un peu différente, notamment moins fluide, le positionnement de la surcharge est tout ce qu'il y a de plus conforme à l'original.
Pour l'oblitération, il faut que je trouve un timbre sérié de façon identique. Je regarde et je tombe sur ceci :
Même s'il ne s'agit pas exactement de la même oblitération, la forme du cachet est caractéristique. Le fait que les oblitérations soient vraies n'est pas exclu.

Dans cette histoire, je n'ai qu'une seule certitude, que le 10r sur le 1k est contrefait. Pour le reste, j'en suis réduit à des hypothèses. Celle d'un faux qui soit passé dans le circuit du courrier? Peu probable. Celle d'un cachet qui se soit retrouvé dans des mains peu recommandables? Possible.



En réalité, les faux sont très nombreux, bien plus que les timbres originaux.
Nombreux sont ceux qui sont finalement facilement discernables :
avec 10 centré





mauvaise encre



maivaise police


surcharge grossière


mauvais alignement




Les timbres oblitérés faux sont courants, comme en témoigne cette compilation. Notez l'oblitération caractéristique :







Cette liste prêtait à sourire si ces faux n'avaient pas d'impact chez les philatélistes. En réalité, ceux-ci se détournent de cette émission en ayant peur de se faire berner. La cotation de ces timbres, si elle peut semble logique au vu du nombre de pièces émises, ne l'est plus en raison de la faible demande. Le bloc de 4 de la vente Felzmann à 240 euros ne trouve pas preneur, et j'ai vu ce même bloc dans au moins quatre ventes précédentes. La cote Yvert (180 /200 ) ou Michel (180 /350 ) me paraît aujourd'hui exagérée...

mardi 18 septembre 2018

La guerre civile en Russie : le kouban et l'émission "Edinaya Rossiya"

Le Kouban est une région du sud de la Russie, octroyée par Catherine II à ses Cosaques le 30 juin 1792 en récompense de leurs services lors des guerres contre les armées ottomanes notamment. Ces troupes, issues de la région, veillaient sur les frontières sud de la Russie des Tsars, et avaient organisé la région autour d'une ville forteresse, Ekaterinodar, fondée en 1793, littéralement "le don de Catherine" (en 1930, la ville fut rebaptisée Krasnodar par Staline soit "le don rouge").



Dès la révolution de février 1917, les cosaques s'organisent en rada et, en janvier 1918, est proclamée la République autonome du Kouban. En mars 1918, la ville d'Ekaterinodar est évacuée sous la pression des armées bolchéviques. Elle est reprise en août 1918 par l'armée des volontaires de Denikine et restera sous les contrôle des blancs jusqu'en mars 1920.

Les relations entre les cosaques, soucieux de leur autonomie, et les forces blanches, sont complexes. Si leur engagement aux côtés des armées tsaristes est quasi incontestable, ils veillent jalousement à leur autonomie et les tensions sont parfois vives avec le commandement militaire de la région.

Ces tensions se retrouvent dans la philatélie. Pourquoi l'émission traditionnellement associée à Denikine "Edinaya Rossiya" ne se retrouve-t-telle pas avec les oblitérations du Kouban mais avec celles des villes l'entourant?
Voici quelques unes de ces villes et quelques uns de ces timbres (en rouge sur la carte) :
1- Rostov sur le Don :
 15/10/1919
27/09/1919
2-  Stavropol :
 31/07/1919
11/08/1919
3- Essentuki :

4-  Novorossiysk :
 17/08/1919
26/08/1919
5- Taganrog :
 02/09/1919
10/18
6- Kislovodsk :
 05/08/1919

7- Touapse :
20/07/1919

La réponse se trouve dans l'impression même de ce timbre : "Russie Unie". Les relations avec l'Ukraine sont en effet étroites et les tentations nationalistes des états du sud de la Russie se font ressentir. On ne trouve ainsi dans le Kouban pour l'essentiel que les timbres de cette émission, même si l'autorité de Denikine n'est pas remise en cause. Voici quelques unes de ces villes et quelques uns de ces timbres (en bleu sur la carte) :

1. Anapa :
 07/1919
01/02/1920
2. Dukovskaya
26/10/1919
3. Nekrasovskaya :
26/08/1919
4. Ekaterinodar :
 09/03/1919
 22/11/1919
 28/06/1919
 29/03/1919
12/1919
5. Kopanskaya
20/08/1919
Lors de la prise de la région par les armées rouges, les timbres des émissions du Kouban et de Dénikine ont été employés par les bolchéviques pour affranchir leur courrier. On parle alors de timbres trophées, où l'expression 'Edinaya Rossiya" est affirmée par les bolchéviques, comme un pied de nez aux forces blanches. La collecte de ces timbres est passionnante à plus d'un titre ; comprendre le système postal mis en place et l'évolution de la ligne de front par exemple...