Translate

dimanche 2 juillet 2017

la guerre civile en Russie : les timbres surchargés de Vladivostok (3ème partie : les timbres dentelés de deux à quatre kopecks)

Après quelques semaines de pause, je vous invite à poursuivre cette analyse un peu fastidieuse des surcharges provisoires de la République d'Extrême Orient russe. 

Nous en  venons donc aux timbres dentelés non surchargés d'une nouvelle valeur.

D'abord le 2k vert :
➨ le timbre original MNH (la surcharge est légèrement décalée) :

➨ le timbre original avec une belle oblitération de Vladivostok :

➨ le timbre original avec une oblitération intéressante de la poste du chemin de fer de Kharbin (Harbin) en date du 20 janvier 1921, soit un mois après l'intégration de Vladivostok à la République d'Extrême Orient ; les premiers timbres surchargés sont logiquement en circulation :

➨ un faux que nous allons analyser :


 Au premier abord, la surcharge semble assez proche et peut tromper un oeil non averti. Entrons dans le détail :
1. La boucle est ouverte ; c'est une constante dans de très nombreux faux.
2. La boucle supérieure interne se rabat sur l'externe, contrairement à l'émission originale.
3. La barre centrale coupant le D est bien trop courte et mal positionnée.
4. Virgule grossière et mal alignée avec l'axe du V.
5. Le grossissement que l'on trouve sur l'original est uniformément appliqué ici, à l'inverse de l'original.


➨ un autre faux que nous allons analyser :

D'emblée, on peut remarquer que l'encre utilisée ne correspond pas à l'original, de même que l'épaisseur des lettres. Voyons cela dans le détail :
Que de choses à dire!
1. Appendice trop court.
2. Boucle ouverte.
3. Barre centrale mal dimensionnée et mal positionnée.
4. Manque de retour à gauche de la prolongation de la barre centrale du D.
5. Prolongation (presque) inexistante.
6. La boucle ne se prolonge pas comme elle le devrait.
7. L'épaississement est mal fait, que ce soit en haut ou en bas.
8. La boucle n'est pas de la bonne dimension et se prolonge vers la droite.
Le Dr Ceresa classe cette contrefaçon en F1 dans son ouvrage Pocket Forgery guide.

➨ un autre faux grossier :

Je n'entrerai pas cette fois dans le détail. L'encre parle d'elle-même.

Passons maintenant au 3k rouge.
➨ le timbre original MNH :

➨ le timbre original avec une  oblitération de Vladivostok :

➨ un faux que nous allons analyser :

A première vue, ce timbre avec sa surcharge semble assez proche de l'émission originale. Voyons cela précisément :
1. Boucle trop longue et mal formée.
2. Le retour est lui aussi mal formé.
3. La base gauche basse du V ne se ferme pas et ne constitue pas une boucle.
4. La barre centrale coupant le D est bien trop courte et mal positionnée.
5. Pas de protubérance.
6. Prolongement de la ligne du V grossier et décalé.
7. La boucle intérieure haute gauche du R se ferme.

➨ un autre faux que nous allons analyser :
 Dès le premier abord, on peut constater que l'encre ne correspond pas à ce que l'on peut attendre pour cette surcharge. Voyons le détail :
Cette surcharge n'est pas sans nous rappeler une autre précédemment analysée : le type II du 2k. Il s'agit de la même contrefaçon. Selon la classification du Dr Ceresa, il s'agit d'un faux F1.

Le 4k carmin maintenant :
 ➨ le timbre original MNH :
Cette surcharge, visiblement trop encrée et décalée vers le haut mais néanmoins authentique sur un timbre mal centré, est moins fréquente qu'il n'y paraît.

➨ un faux que nous allons analyser :
 Si le dessein de la surcharge semble globalement correspondre, les incohérences sont notables:
 Cette surcharge n'est pas sans faire penser à une surcharge précédente déjà analysée, cataloguée F1 par Ceresa. En voici quelques caractéristiques :
1. appendice trop court à la gauche du D mais aussi à la droite du R
2. boucle ouverte
3. barre horizontale à peine visible et mal proportionnée
4. absence de retour dans la prolongation de la ligne verticale du D
5. protubérance absente
6. appendice bas inexistant
7. mauvaise qualité de la surcharge lithographiée
8. virgule mal orientée et de la mauvaise épaisseur

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire