Translate

mardi 2 janvier 2018

La guerre civile en Russie : les surcharges locales de Petrovsk





Fondée en 1844, la ville est tout d'abord nommée Petrovskoïe, puis  Petrovsk en hommage à Pierre le Grand. Située dans l'actuel Daghestan, elle prend de nom de Makhatchkala en 1921 et devient la capitale de la République Socialiste Soviétique du Daghestan. Elle est le symbole des ambitions et de l'avancée russe dans le Caucase, comme le montre la carte ci-dessous.

Résultat de recherche d'images pour "carte daghestan 1900"

Elle constitue une des villes clés dans cette zone instable, à majorité musulmane (à l'exception notable des arméniens) sous gouvernance russe récente. Dès novembre 1914, la région se transforme en zone de guerre avec l'offensive russe contre les turcs. Un général russe s'illustre, qui marquera ensuite la guerre civile : Ioudenitch. Au cours du conflit, les différents peuples (arméniens, géorgiens, azéris, ...) se retrouvent partie prenante et sont impliqués d'une part ou d'autre, acteurs ou victimes. Durant l'année 1917, après la Révolution russe, l'armée se disloque ; fin 1917, elle n'existe plus. Elle est remplacée sur le front par des troupes arméniennes et géorgiennes qui subissent les attaques turques destinées à reprendre le contrôle des territoires perdus en 1914-1915 mais aussi lors de la guerre russo-turque de 1877-1878. Cette alliance entre arméniens, azéris et géorgiens forme l'éphémère Transcaucasie. En mai 1918, elle disparaît elle aussi, en raison de la déclaration d'indépendance de l'Arménie, de l'Azerbaïdjan et de la Géorgie sous l'influence notable de l'Allemagne qui tente de faire de cette zone sa sphère d'influence, au détriment des anglais bien implantés de Batoum à Bakou. Les intérêts économiques et surtout pétroliers déterminent déjà les politiques extérieures des puissances occidentales.
Le 11 mai 1918, le Caucase du Nord se déclare ainsi indépendant et s'allie dès juin 18 avec les turcs. Cette république montagnarde est combattue d'emblée par les forces blanches du général Denikine qui emporte au Daghestan les villes comme Petrovsk ou Derbent, mais peine dans les montagnes où la résistance est forte. En février 1920, les troupes bolchéviques de la 5ème armée forcent Denikine à quitter la région.Staline, géorgien d'origine, négocie avec les nationalismes locaux : le Daghestan devient une république socialiste soviétique et une large autonomie est accordée à la nouvelle république soviétique des montagnes comprenant les autres régions (Ossétie, Ingouchie, Tchétchénie, ...).
La circulation du courrier et son affranchissement ont pâti de cette période mouvementée, d'autant que la région n'est pas épargnée par l'inflation galopante qui ronge la République Socialiste Fédérative des Soviets de Russie (RSFSR). 
Le 10 mars 1920, les timbres des séries courantes de 1909 à 1917 de 1 à 20 kopecks prennent une valeur en roubles.(valeur *100). La pénurie de timbres contraint donc la poste soviétique à l'emploi des stocks de timbres empire existants ; la gratuité du courrier avait cessé d'être et toute lettre d'un poids supérieur à 15 grammes coûtait 5 roubles plus 5 roubles pour un recommandé. Les postes locales avaient donc reçu pour consigne de réévaluer cent fois leur stock existant dans la limite des 20kopecks - 20 roubles. La poste de Petrovsk, disposant d'un stock conséquent de 35k, ne respecta pas les consignes du Commissariat aux Postes et au Télégraphe, les réévalua ainsi  que les 20k en leur apposant une surcharge en roubles en violet ou en noir. (Il faut noter que Ceresa qui est une des références en la matière, évoque dans son monumental ouvrage, partie C2 P381 la possibilité que ces timbres surchargés soient en fait des timbres trophées pris à Denikine)
Les timbres surchargés sont les suivants : 
- le 20k avec surcharge violette (expertise Ceresa)
Ce bel exemplaire oblitéré du 18 janvier 1921 est caractéristique de l'usage postal de ces surcharges ; les mandats postaux en sont un autre
Yvert et Tellier font également référence à une surcharge noire, que je ne possède pas.

- le 35k avec surcharge violette, expertise Dr. Paul Jemtschoujin

- le 35k avec surcharge noire, expertise Waldemar Pohl

Il est à noter, selon Ceresa, que ces timbres neufs ont été mis en circulation sur le marché philatélique par la Soviet Philatelic Association. Nous y reviendrons, notamment lorsqu'il s'agira de parler de l'armée Koltchak. Des contrefaçons existent sans nul doute.


L'inflation continue à être galopante et ,après la suppression de la gratuité pour les envois de moins de 15g, après une réévaluation mettant en service en roubles les timbres empire supérieurs à 20 kopecks,  le 15 avril 1922, les timbres en kopecks et en roubles sont réévalués 10000 roubles pour 1 rouble. Petrovsk produit alors une surcharge locale en violet avec cors de poste 50/T soit 50000 roubles pour un timbre empire de 5 roubles. Ce timbre, rare (il est coté 1300 euros par Y&T) a été bien sûr copié.
Voici l'original en rare bloc de 4 : 
Le catalogue Petrov recense possiblement une surcharge inversée, inconnue chez Yvert :

 Le timbre contrefait de ma collection :
La comparaison entre les deux surcharges appelle ce commentaire : de la qualité de l'encre, de sa couleur même, de la forme des chiffres, des lettres ou de l'espacement du T, tout diffère. Reste à être attentif!



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire